8.79. Nettoyer

Enfin, nettoyez des fichiers résultant des tests :

rm -rf /tmp/*

Maintenant déconnectez-vous et entrez de nouveau dans l'environnement chroot avec une nouvelle commande chroot. À partir de maintenant, utilisez cette nouvelle commande chroot à chaque fois que vous devrez entrer dans l'environnement chroot après l'avoir quitté :

logout

chroot "$LFS" /usr/bin/env -i          \
    HOME=/root TERM="$TERM"            \
    PS1='(lfs chroot) \u:\w\$ '        \
    PATH=/usr/bin:/usr/sbin            \
    /bin/bash --login

Ici l'option +h n'est plus utilisée, comme tous les programmes précédents ont été remplacés : le hashage est donc possible.

Si les systèmes de fichiers virtuels du noyau ont été démontés, manuellement ou suite à un redémarrage, assurez-vous que les systèmes de fichiers virtuels du noyau seront montés lorsque vous entrerez à nouveau dans le chroot. On a expliqué cette procédure dans Section 7.3.2, « Monter et peupler /dev » et Section 7.3.3, « Monter les systèmes de fichiers virtuels du noyau ».

Il y a aussi de nombreux fichiers installés dans les répertoires /usr/lib et /usr/libexec dont l'extension est .la. Ce sont les fichiers « d'archive libtool ». Comme on l'a déjà dit, ils ne sont utiles que pour lier des bibliothèques statiques. Ils sont inutiles, et potentiellement dangereux, lorsqu'on utilise des bibliothèque partagée, surtout avec les systèmes de construction non autotools. Pour les supprimer, lancez :

find /usr/lib /usr/libexec -name \*.la -delete

For more information about libtool archive files, see the BLFS section "About Libtool Archive (.la) files".

Le compilateur construit dans Chapitre 6 et Chapitre 7 est toujours partiellement installé et n'est plus requis. Supprimez-le avec :

find /usr -depth -name $(uname -m)-lfs-linux-gnu\* | xargs rm -rf

Enfin, supprimez le compte utilisateur temporaire « tester » créé au début du chapitre précédent.

userdel -r tester