Subversion Repositories svn LFS-FR

Rev

Rev 1176 | Go to most recent revision | Blame | Compare with Previous | Last modification | View Log | RSS feed

<?xml version="1.0" encoding="ISO-8859-1"?>
<!DOCTYPE sect1 PUBLIC "-//OASIS//DTD DocBook XML V4.5//EN"
 "http://www.oasis-open.org/docbook/xml/4.5/docbookx.dtd" [
 <!ENTITY % general-entities SYSTEM "../../general.ent">
  %general-entities;
]>

<sect1 id="ch-partitioning-creatingpartition">
  <?dbhtml filename="creatingpartition.html"?>

  <title>Creating a New Partition</title>

  <para os="a">Comme la plupart des autres systèmes d'exploitation,
  CLFS est habituellement installé dans une partition dédiée.
  L'approche recommandée pour la construction d'un système CLFS
  est d'utiliser une partition vide disponible ou, si vous avez
  assez d'espace non partitionné, d'en créer une. Néanmoins si
  vous construisez pour une architecture différente, vous pouvez
  simplement tout construire dans <quote>/mnt/clfs</quote>
  et le transférer vers votre machine cible.</para>

  <para os="b">Un système minimal requiert une partition d'environ
  2,5 Gio (giga octets informatique). C'est suffisant pour conserver
  toutes les archives tar des sources et pour compiler tous les paquets.
  Le système CLFS lui-même ne prendra pas autant de place. Une grande
  partie de cet espace est requise pour fournir temporairement un
  espace libre suffisant. Compiler des paquets peut demander beaucoup
  d'espace disque qui sera récupéré après l'installation du paquet.
  Si le système CLFS a pour but d'être un système Linux primaire,
  des logiciels supplémentaires seront probablement installés et
  réclameront une place supplémentaire (entre 2 et 10 Gio).</para>

  <para os="c">Parce qu'il n'y a pas toujours assez de mémoire (RAM)
  disponible pour les processus de compilation, une bonne idée est
  d'utiliser une petite partition comme espace d'échange (swap).
  Cet espace est utilisé par le noyau pour stocker des données rarement
  utilisées et pour laisser plus de place disponible aux processus actifs.
  La partition de swap pour un système CLFS peut être la même que celle
  utilisée par le système hôte. Il n'est donc pas nécessaire de créer
  une autre partition si votre système hôte a déjà cette configuration.</para>

  <para os="d">Lancez un programme de partitionnement de disques tel que
  <command>cfdisk</command> ou <command>fdisk</command> avec une option
  en ligne de commande nommant le disque dur sur lequel la nouvelle partition
  sera créée &mdash; par exemple <filename class="devicefile">/dev/hda</filename>
  pour un disque primaire Integrated Drive Electronics (IDE). Créez une
  partition Linux native et, si nécessaire, une partition de swap.
  Merci de vous référer aux pages de man <filename>cfdisk(8)</filename> ou
  <filename>fdisk(8)</filename> si vous ne savez pas encore utiliser ces programmes.</para>

  <para os="e">Rappelez-vous de la désignation de la nouvelle partition (par exemple
  <filename class="devicefile">hda5</filename>).Ce livre y fera référence en tant
  que la partition CLFS. Rappelez-vous aussi de la désignation de la partition
  swap. Ces noms seront nécessaires après pour créer le fichier
  <filename>/etc/fstab</filename>.</para>

</sect1>