Subversion Repositories svn LFS-FR

Compare Revisions

Ignore whitespace Rev 579 → Rev 580

/trunk/lfs/chapter02/mounting.xml
1,54 → 1,54
<?xml version="1.0" encoding="ISO-8859-1"?>
<!DOCTYPE sect1 PUBLIC "-//OASIS//DTD DocBook XML V4.3//EN" "http://www.oasis-open.org/docbook/xml/4.3/docbookx.dtd" [
<!ENTITY % general-entities SYSTEM "../general.ent">
%general-entities;
]>
<sect1 id="space-mounting">
<title>Monter la nouvelle partition</title>
<?dbhtml filename="mounting.html"?>
 
<para>Maintenant qu'un système de fichiers a été créé, la partition doit être
accessible. Pour cela, la partition a besoin d'être montée sur un point de
montage choisi. Pour ce livre, il est supposé que le système de fichiers est
monté sous <filename class="directory">/mnt/lfs</filename> mais le choix du
répertoire vous appartient.</para>
 
<para>Choisissez un point de montage et affectez-le à la variable
d'environnement <envar>LFS</envar> en lançant&nbsp;:</para>
 
<screen role="nodump"><userinput>export LFS=/mnt/lfs</userinput></screen>
 
<para>Maintenant, créez le point de montage et montez le système de fichiers
LFS en lançant&nbsp;:</para>
 
<screen role="nodump"><userinput>mkdir -pv $LFS
mount /dev/<replaceable>[xxx]</replaceable> $LFS</userinput></screen>
 
<para>Remplacez <replaceable>[xxx]</replaceable> avec la désignation de la
partition LFS.</para>
 
<para>Si vous utilisez plusieurs partitions pour LFS (par exemple, une pour
<filename class="directory">/</filename> et une autre pour <filename
class="directory">/usr</filename>), montez-les en utilisant&nbsp;:</para>
 
<screen role="nodump"><userinput>mkdir -pv $LFS
mount -v /dev/<replaceable>[xxx]</replaceable> $LFS
mkdir -v $LFS/usr
mount -v /dev/<replaceable>[yyy]</replaceable> $LFS/usr</userinput></screen>
 
<para>Remplacez <replaceable>[xxx]</replaceable> et
<replaceable>[yyy]</replaceable> avec les noms de partition appropriés.</para>
 
<para>Assurez-vous que cette nouvelle partition n'est pas montée avec des
droits trop restrictifs (tels que les options nosuid, nodev ou noatime).
Lancez la commande <command>mount</command> sans aucun paramètre pour voir les
options configurées pour la partition LFS montée. Si
<parameter>nosuid</parameter>, <parameter>nodev</parameter> et/ou
<parameter>noatime</parameter> sont configurées, la partition devra être
remontée.</para>
 
<para>Maintenant qu'il existe un endroit établi pour travailler, il est temps
de télécharger ces paquets.</para>
 
</sect1>
 
<?xml version="1.0" encoding="ISO-8859-1"?>
<!DOCTYPE sect1 PUBLIC "-//OASIS//DTD DocBook XML V4.3//EN" "http://www.oasis-open.org/docbook/xml/4.3/docbookx.dtd" [
<!ENTITY % general-entities SYSTEM "../general.ent">
%general-entities;
]>
<sect1 id="space-mounting">
<title>Monter la nouvelle partition</title>
<?dbhtml filename="mounting.html"?>
 
<para>Maintenant qu'un système de fichiers a été créé, la partition doit être
accessible. Pour cela, la partition a besoin d'être montée sur un point de
montage choisi. Dans ce livre, il est supposé que le système de fichiers est
monté sous <filename class="directory">/mnt/lfs</filename>, mais le choix du
répertoire vous appartient.</para>
 
<para>Choisissez un point de montage et affectez-le à la variable
d'environnement <envar>LFS</envar> en entrant&nbsp;:</para>
 
<screen role="nodump"><userinput>export LFS=/mnt/lfs</userinput></screen>
 
<para>Maintenant, créez le point de montage et montez le système de fichiers
LFS en lançant&nbsp;:</para>
 
<screen role="nodump"><userinput>mkdir -pv $LFS
mount /dev/<replaceable>[xxx]</replaceable> $LFS</userinput></screen>
 
<para>Remplacez <replaceable>[xxx]</replaceable> par le nom de la
partition LFS.</para>
 
<para>Si vous utilisez plusieurs partitions pour LFS (c'est-à-dire une pour
<filename class="directory">/</filename> et une autre pour <filename
class="directory">/usr</filename>), montez-les en utilisant&nbsp;:</para>
 
<screen role="nodump"><userinput>mkdir -pv $LFS
mount -v /dev/<replaceable>[xxx]</replaceable> $LFS
mkdir -v $LFS/usr
mount -v /dev/<replaceable>[yyy]</replaceable> $LFS/usr</userinput></screen>
 
<para>Remplacez <replaceable>[xxx]</replaceable> et
<replaceable>[yyy]</replaceable> par les noms de partition appropriés.</para>
 
<para>Assurez-vous que cette nouvelle partition n'est pas montée avec des
droits trop restrictifs (telles que les options nosuid, nodev ou noatime).
Lancez la commande <command>mount</command> sans aucun paramètre pour voir les
options configurées pour la partition LFS montée. Si
<parameter>nosuid</parameter>, <parameter>nodev</parameter> et/ou
<parameter>noatime</parameter> sont configurées, la partition devra être
remontée sans ces options.</para>
 
<para>Maintenant que nous avons établi un endroit pour travailler, il est temps
de télécharger ces paquets.</para>
 
</sect1>
 
/trunk/lfs/chapter02/creatingfilesystem.xml
1,69 → 1,69
<?xml version="1.0" encoding="ISO-8859-1"?>
<!DOCTYPE sect1 PUBLIC "-//OASIS//DTD DocBook XML V4.3//EN" "http://www.oasis-open.org/docbook/xml/4.3/docbookx.dtd" [
<!ENTITY % general-entities SYSTEM "../general.ent">
%general-entities;
]>
<sect1 id="space-creatingfilesystem">
<title>Créer un système de fichiers sur la partition</title>
<?dbhtml filename="creatingfilesystem.html"?>
 
<para>Maintenant qu'une partition vierge est prête, le système de fichiers peut
être créé. Le système le plus communément utilisé dans le monde Linux est le
système de fichiers étendu, deuxième version, (plus connu sous son acronyme,
ext2), mais avec les nouveaux disques haute capacité, les systèmes de fichiers
journalisés deviennent de plus en plus populaires. Nous créerons un système de
fichiers ext2. Les instructions de construction d'autres systèmes de fichiers
sont disponibles dans <ulink url="&blfs-root;view/svn/postlfs/filesystems.html"><phrase
condition="pdf">&blfs-root;view/svn/ postlfs/filesystems.html</phrase></ulink>.</para>
 
<para>Pour créer un système de fichiers ext2 sur la partition LFS, lancez ce
qui suit&nbsp;:</para>
 
<screen role="nodump"><userinput>mke2fs -v /dev/<replaceable>[xxx]</replaceable></userinput></screen>
 
<para>Remplacez <replaceable>[xxx]</replaceable> avec le nom de la partition LFS
(<filename class="devicefile">hda5</filename> dans notre exemple
précédent).</para>
 
<note><para>Quelques distributions hôtes utilisent des fonctionnalités
personnalisées dans leur outil de création de systèmes de fichiers (e2fsprogs).
Ceci peut poser des problèmes lors du démarrage dans votre nouveau LFS au
chapitre 9 car toutes ces fonctionnalités ne seront pas supportées par la version
d'e2fsprogs installée par LFS&nbsp; si vous obtenez une erreur similaire à
<quote>unsupported filesystem features, upgrade your e2fsprogs</quote>. Pour
vérifier que votre système hôte utilise des améliorations personnalisées, utilisez
la commande suivante&nbsp;:</para>
 
<screen role="nodump"><userinput>debugfs -R feature /dev/<replaceable>[xxx]</replaceable></userinput></screen>
 
<para>Si la sortie contient des fonctionnalités autres que dir_index, filetype,
large_file, resize_inode ou sparse_super, alors votre système hôte pourrait avoir
des améliorations personnalisées. Dans ce cas, pour éviter tout problème ultérieur,
vous devez compiler le paquetage e2fsprogs et utiliser les binaires résultant de
cette compilation pour re-créer le système de fichiers sur votre partition
LFS&nbsp;:</para>
 
<screen role="nodump"><userinput>cd /tmp
tar -xjvf /path/to/sources/e2fsprogs-&e2fsprogs-version;.tar.bz2
cd e2fsprogs-&e2fsprogs-version;
mkdir -v build
cd build
../configure
make # notez que nous n'exécutons pas 'make install' ici
# de façon intentionnelle !
./misc/mke2fs -v /dev/<replaceable>[xxx]</replaceable>
cd /tmp
rm -rfv e2fsprogs-&e2fsprogs-version;</userinput></screen>
</note>
 
<para>Si une partition de swap a été créée, elle devra être initialisée, pour
pouvoir être utilisée, en exécutant la commande ci-dessous. Si vous utilisez déjà
une partition de swap, il n'est pas nécessaire de la formater.</para>
 
<screen role="nodump"><userinput>mkswap -v /dev/<replaceable>[yyy]</replaceable></userinput></screen>
 
<para>Remplacez <replaceable>[yyy]</replaceable> avec le nom de la partition de
swap.</para>
 
</sect1>
 
<?xml version="1.0" encoding="ISO-8859-1"?>
<!DOCTYPE sect1 PUBLIC "-//OASIS//DTD DocBook XML V4.3//EN" "http://www.oasis-open.org/docbook/xml/4.3/docbookx.dtd" [
<!ENTITY % general-entities SYSTEM "../general.ent">
%general-entities;
]>
<sect1 id="space-creatingfilesystem">
<title>Créer un système de fichiers sur la partition</title>
<?dbhtml filename="creatingfilesystem.html"?>
 
<para>Maintenant qu'une partition vierge est prête, le système de fichiers peut
être créé. Le système le plus communément utilisé dans le monde Linux est le
système de fichiers étendu, deuxième version, (plus connu sous son acronyme,
ext2), mais avec les nouveaux disques haute capacité, les systèmes de fichiers
journalisés deviennent de plus en plus populaires. Nous créerons un système de
fichiers ext2. Des instructions pour l'installation d'autres systèmes de fichiers
sont disponibles sur <ulink url="&blfs-root;view/svn/postlfs/filesystems.html"><phrase
condition="pdf">&blfs-root;view/svn/ postlfs/filesystems.html</phrase></ulink>.</para>
 
<para>Pour créer un système de fichiers ext2 sur la partition LFS, exécutez ce
qui suit&nbsp;:</para>
 
<screen role="nodump"><userinput>mke2fs -v /dev/<replaceable>[xxx]</replaceable></userinput></screen>
 
<para>Remplacez <replaceable>[xxx]</replaceable> par le nom de la partition LFS
(<filename class="devicefile">hda5</filename> dans notre exemple
précédent).</para>
 
<note><para>Quelques distributions hôtes utilisent un outil de création de
systèmes de fichiers (e2fsprogs) offrant des fonctionnalités spécifiques.
Ceci peut poser des problèmes lors du démarrage sur votre nouveau LFS au
chapitre 9, car toutes ces fonctionnalités ne seront pas supportées par l'e2fsprogs
installé par LFS&nbsp; vous obtiendriez une erreur semblable à&nbsp;
<quote>unsupported filesystem features, upgrade your e2fsprogs</quote>. Pour
vérifier si votre système hôte utilise des fonctionnalités spécifiques, utilisez
la commande suivante&nbsp;:</para>
 
<screen role="nodump"><userinput>debugfs -R feature /dev/<replaceable>[xxx]</replaceable></userinput></screen>
 
<para>Si la sortie contient des fonctionnalités autres que dir_index, filetype,
large_file, resize_inode ou sparse_super, alors votre système hôte pourrait avoir
des fonctionnalités spécifiques. Dans ce cas, pour éviter tout problème ultérieur,
vous devez compiler le paquetage e2fsprogs standard et utiliser les binaires résultant de
cette compilation pour re-créer le système de fichiers sur votre partition
LFS&nbsp;:</para>
 
<screen role="nodump"><userinput>cd /tmp
tar -xjvf /path/to/sources/e2fsprogs-&e2fsprogs-version;.tar.bz2
cd e2fsprogs-&e2fsprogs-version;
mkdir -v build
cd build
../configure
make # notez que nous n'exécutons pas 'make install' ici
# de façon intentionnelle !
./misc/mke2fs -v /dev/<replaceable>[xxx]</replaceable>
cd /tmp
rm -rfv e2fsprogs-&e2fsprogs-version;</userinput></screen>
</note>
 
<para>Si une partition de swap a été créée, elle devra être initialisée avant de
pouvoir être utilisée, en exécutant la commande ci-dessous. Si vous utilisez déjà
une partition de swap, il n'est pas nécessaire de la reformater.</para>
 
<screen role="nodump"><userinput>mkswap -v /dev/<replaceable>[yyy]</replaceable></userinput></screen>
 
<para>Remplacez <replaceable>[yyy]</replaceable> par le nom de la partition de
swap.</para>
 
</sect1>
 
/trunk/lfs/chapter02/creatingpartition.xml
1,56 → 1,56
<?xml version="1.0" encoding="ISO-8859-1"?>
<!DOCTYPE sect1 PUBLIC "-//OASIS//DTD DocBook XML V4.3//EN" "http://www.oasis-open.org/docbook/xml/4.3/docbookx.dtd" [
<!ENTITY % general-entities SYSTEM "../general.ent">
%general-entities;
]>
<sect1 id="space-creatingpartition">
<title>Créer une nouvelle partition</title>
<?dbhtml filename="creatingpartition.html"?>
 
<para>Comme la plupart des autres systèmes d'exploitation, LFS est habituellement
installé dans une partition dédiée. L'approche recommandée pour la construction
d'un système LFS est d'utiliser une partition vide disponible ou, si vous avez
assez d'espace non partitionné, d'en créer une. Néanmoins, un système LFS (en fait,
même plusieurs systèmes LFS) peuvent aussi être installés sur une partition déjà
occupée par un autre système d'exploitation. Les différents systèmes cohabiteront
en paix. Le document
<ulink url="&hints-root;lfs_next_to_existing_systems.txt"><phrase
condition="pdf">&hints-root;lfs_next_to_existing_ systems.txt</phrase></ulink>
explique comment implémenter ceci alors que ce livre se base sur la méthode
utilisant une partition vierge pour l'installation.</para>
 
<para>Un système minimal requiert une partition d'environ 1,3&nbsp;Go. C'est
suffisant pour conserver toutes les archives tar des sources et pour compiler
tous les paquets. Néanmoins, si le système LFS a pour but d'être un système
Linux primaire, des logiciels supplémentaires seront probablement installés et
réclameront une place supplémentaire (entre 2 et 3&nbsp;Go). Le système LFS
lui-même ne prendra pas tout cet espace. Une grande partie de cet espace
est requis pour fournir un espace libre suffisant mais temporaire. Compiler des
paquets peut demander beaucoup d'espace disque qui sera récupéré après
l'installation du paquet.</para>
 
<para>Parce qu'il n'y a pas toujours assez de mémoire (RAM) disponible pour les
processus de compilation, une bonne idée est d'utiliser une petite partition
comme espace d'échange (swap). Cet espace est utilisé par le noyau pour stocker
des données rarement utilisées et pour laisser plus de place disponible aux
processus actifs. La partition de swap pour un système LFS peut être la même que
celle utilisée par le système hôte, donc une autre partition n'a pas besoin
d'être créée si votre système hôte a déjà cette configuration.</para>
 
<para>Lancez un programme de partitionnement de disques tel que
<command>cfdisk</command> ou <command>fdisk</command> avec une option en ligne
de commande nommant le disque dur sur lequel la nouvelle partition sera
créée&mdash;par exemple <filename class="devicefile">/dev/hda</filename> pour
un disque IDE. Créez une partition Linux native et, si nécessaire, une partition
de swap. Merci de vous référer aux pages man de <command>cfdisk(8)</command> ou
<command>fdisk(8)</command> si vous ne savez pas encore utiliser le
programme.</para>
 
<para>Rappelez-vous de la désignation de la nouvelle partition (par exemple
<filename class="devicefile">hda5</filename>). Ce livre y fera référence en
tant que partition LFS. Rappelez-vous aussi de la désignation de la
partition swap. Ces noms seront nécessaires après pour le fichier
<filename>/etc/fstab</filename>.</para>
 
</sect1>
 
<?xml version="1.0" encoding="ISO-8859-1"?>
<!DOCTYPE sect1 PUBLIC "-//OASIS//DTD DocBook XML V4.3//EN" "http://www.oasis-open.org/docbook/xml/4.3/docbookx.dtd" [
<!ENTITY % general-entities SYSTEM "../general.ent">
%general-entities;
]>
<sect1 id="space-creatingpartition">
<title>Créer une nouvelle partition</title>
<?dbhtml filename="creatingpartition.html"?>
 
<para>Comme la plupart des autres systèmes d'exploitation, LFS est habituellement
installé sur une partition dédiée. Pour la construction d'un système LFS, nous
vous recommandons d'utiliser une partition vide disponible ou, si vous avez assez
d'espace non partitionné, d'en créer une. Néanmoins, un système LFS (en fait,
même plusieurs systèmes LFS) peut aussi être installé sur une partition déjà
occupée par un autre système d'exploitation. Les différents systèmes cohabiteront
en paix. Le document
<ulink url="&hints-root;lfs_next_to_existing_systems.txt"><phrase
condition="pdf">&hints-root;lfs_next_to_existing_ systems.txt</phrase></ulink>
explique comment implémenter ceci, alors que ce livre ne décrit que
l'installation sur une partition vierge.</para>
 
<para>Un système minimal requiert une partition d'environ 1,3&nbsp;Go. C'est
suffisant pour conserver toutes les archives tar des sources et pour compiler
tous les paquets. Néanmoins, si le système LFS doit être votre système
Linux principal, d'autres logiciels seront probablement installés et
réclameront de l'espace disque supplémentaire (estimation très
grossière&nbsp;: 2 à 3&nbsp;Go). Le système LFS en lui-même n'utilise pas
tout cet espace, une grande partie est requise pour fournir un espace
temporaire. Compiler des paquets peut en effet demander momentanément
beaucoup d'espace disque, qui sera récupéré après l'installation du paquet.</para>
 
<para>Parce qu'il n'y a pas toujours assez de mémoire (RAM) disponible pour
les processus de compilation, une bonne idée est d'utiliser une petite
partition comme espace d'échange (swap). Cet espace est utilisé par le
noyau pour stocker des données rarement utilisées et pour laisser plus de
place disponible aux processus actifs. La partition d'échange du système LFS
peut être la même que celle du système hôte, donc inutile d'en créer une
nouvelle si votre système hôte en possède déjà une.</para>
 
<para>Lancez un programme de partitionnement de disque tel que
<command>cfdisk</command> ou <command>fdisk</command> avec une option en ligne
de commande indiquant le disque dur sur lequel la nouvelle partition sera
créée&mdash;par exemple <filename class="devicefile">/dev/hda</filename> pour
le premier disque IDE. Créez une partition Linux native et, si nécessaire, une partition
de swap. Merci de vous référer aux pages man <command>cfdisk(8)</command> ou
<command>fdisk(8)</command> si vous ne savez pas utiliser ces
programmes.</para>
 
<para>Souvenez-vous de la désignation de la nouvelle partition (c'est-à-dire
<filename class="devicefile">hda5</filename>). Ce livre y fera référence en
tant que partition LFS. Souvenez-vous aussi de la désignation de la
partition swap. Ces noms seront nécessaires plus tard pour créer le fichier
<filename>/etc/fstab</filename>.</para>
 
</sect1>